history of ecstasy filter  history of ecstasy filter
Lucca Jaeckel, B.Sc.

MIND Blog Editor

Lucca Jaeckel is completing his M.Sc. in Social Cognitive and Affective Neuroscience at Freie Universität Berlin.

View full profile ››

Edited by Jennifer Them & Sascha Thal

Our work at MIND relies on donations from people like you.
If you share our VISION and want to support psychedelic research and education, we are grateful for any amount you can give.
   Donate

Related Content

The latest posts connected to:
Drug Science
    1625109045
  • Essay
  • 8 minutes
  • novembre 28, 2018
  • Drug Science
  • Drug Science
  • Implementation & Gesellschaft
  • Medicine & Psychiatry
  • Recht & Ethik
Share:

Disclaimer: la traduction de cet article a été rédigée et révisée par des bénévoles. Les contributeurs ne représentent pas la MIND Foundation. Si vous trouvez des erreurs ou des incohérences, ou si quelque chose dans la traduction ne semble pas clair, veuillez nous en informer – nous vous remercions pour toute amélioration. Si vous souhaitez aider avec vos compétences linguistiques, vous pouvez également utiliser le lien et rejoindre les traducteurs du blog!

« L’un des faits inéluctables de la vie c’est qu’, avec tout ce qui comporteavantages et inconvénients, comme avec la MDMA, il y a de grands partisans et de grands détracteurs.  ; Et les deux groupes sont bruyants. »

– Alexander Shulgin10

Connue sous le nom de rue « ecstasy », tout le monde ne considère pas la 3,4-méthylènedioxyméthamphétamine (MDMA) comme un médicament ou une substance psychédélique. Le grand public semble la considérer comme un stimulant pris par les fêtards en boîtes de nuit et en festivals. Selon les médias, ces fêtards seraient souvent victimes de pilules impures  et d’autres risques liés à l’usage récréatif, avec de sévères conséquences.

Certains, ayant directement ou indirectement expérimenté ses effets, connaissent peut-être cette substance sous le nom « drogue de l’amour », en raison de ses effets empathogènes. Mais cette conception de la MDMA oublie son histoire en contexte thérapeutique, les spécificités de ses risques et dangers et les nombreuses découvertes scientifiques récentes indiquant son utilité en tant que complément à la psychothérapie. Les complexités de la recherche sur la MDMA seront ici abordées en esquissant son histoire et les recherches scientifiques qui y sont liées.

Découverte et premières recherches

L’histoire de l’ecstasy commence en 1912, lorsque des chimistes du Laboratoire Merck l’ont produite pour la première fois et brevetée en tant qu’intermédiaire à une réaction chimique nécessaire à la production d’ agents de coagulation sanguine. Après la première description de sa formule chimique en 1912, des tests pharmacologiques ont été réalisés chez Merck en 1927 , mais les détails de ces expériences sont malheureusement difficiles à retrouver1. Les effets psychologiques de la MDMA chez l’être humain n’ont fait l’objet d’études scientifiques que vers la fin des années 19701, après que son usage en tant que drogue de rue ne soit devenu évident, comme indiqué par les saisies policières au début des années 1970.2.

En 1978, Alexander Shulgin et David Nichols ont publié dans un ouvrage, un chapitre intitulé « La Caractérisation de Trois Nouveaux Psychotomimétiques3 ». Celui-ci décrivait les effets psychologiques de substances chimiquement liées à d’autres substances psychoactives connues. Ils parlent dans cette publication de la MDMA en tant que substance qui « semble évoquer un état de conscience altéré, facilement contrôlable, avec des composantes émotionnelles et sensuelles »3 et comparent ses effets aux cannabis, à de faibles doses de MDA et à la psilocybine, hallucinations sensorielles en moins3. Les effets distincts de la MDMA, par rapport aux psychédéliques classiques, conduisent ensuite Nichols à l’identifier comme faisant partie d’un sous-groupe de psychédéliques dont elle est aussi l’origine: les entactogènes4.

Popularisation et Criminalisation

C’est également Shulgin qui a présenté la MDMA aux psychothérapeutes vers le milieu des années 1970 et qui l’a ensuite utilisée comme complément à la psychothérapie, sans l’approbation officielle de la FDA. De la fin des années 1970 jusqu’au milieu des années 1980, l’utilisation de la MDMA chez les thérapeutes a augmenté, lentement mais sûrement, bien qu’aucune recherche scientifique sur ses effets en thérapie n’ait été menée durant cette periode5. Il est à noter que ceci arriva environ 10 ans après que le LSD ait été utilisé en psychothérapie alternative puis interdit. Comme le LSD, la MDMA a attiré de plus en plus l’attention pour ses effets récréatifs. Certains vendeurs l’ont commercialiée s sous le nom de rue « ecstasy » pour les utilisateurs récréatifs, tandis que les thérapeutes ont préféré l’appeler « Adam »6,7.

 La popularité croissante de la MDMA auprès des consommateurs récréatifs n’a pas échappé aux politiciens et aux autorités. Tout d’abord, en réponse à l’observation du sénateur du Texas Lloyd Bentsen sur son utilisation répandue dans les boîtes de nuits texanes, la Drug Enforcement Agency (DEA) a déclaré, en 1984, avoir l’intention de réglementer la MDMA en tant que substance inscrite à l’Annexe 15, affirmant que celle-ci n’avait aucune utilité médicale reconnue. La planification de cette réglementation fut immédiatement contestée par un groupe de praticiens et de chercheurs en santé mentale qui ont demandé une audition d’experts pour déterminer le statut juridique de la substance. Cependant, en juillet 1985, la DEA a temporairement interdit la MDMA pendant un an en raison de découvertes antérieures sur la neurotoxicité de son analogue chimique, la MDA, et de sa vaste disponibilité. Après les audiences en mai 1986, le juge responsable a recommandé que la MDMA soit inscrite à l’annexe III, affirmant son utilité médicale; cette décision aurait pu permettre les recherches et son usage en thérapie5.

Néanmoins, «l’administrateur de la DEA, John C. Lawn, n’était pas convaincu […]5 » par la décision du juge que la DEA annula, arguant que la MDMA n’était pas une substance réglementée par la FDA et n’avait donc aucun usage médical reconnu. Lester Grinspoon, psychiatre à Harvard, et l’Earth Metabolic Design Laboratories (EMDL, un prédécesseur de l’Association Multidisciplinaire pour la Science Psychédélique – MAPS) font appel, se basant sur l’argument de la FDA (concernant l’usage médical) et sur la mauvaise conduite de la DEA, qui a généré en urgence l’interdiction de la MDMA avant même d’en obtenir l’autorisation formelle et qui est allé à l’encontre de la décision du juge5,8.Ils obtiennent alors gain de cause, laissant la MDMA non réglementée.

Pendant cette période, de nombreux articles sont publiés dans la presse scientifique quant au potentiel thérapeutique de la MDMA. George Greer9, qui a pratiqué de nombreuses séances de thérapie assistée par la MDMA, a publié un bilan sur les effets subjectifs rapportés par les patients ayant pris la substance en thérapie. Alexander Shulgin10 a écrit un résumé complet des propriétés chimiques et pharmacologiques de la MDMA. Lester Grinspoon11 a décrit le contexte théorique sous-jacent aux arguments en faveur de la psychothérapie assistée par les psychédéliques, mettant l’accent sur le potentiel de la MDMA. Le psychiatre Philip Wolfson6 basé à San Francisco a présenté des études de cas cliniques sur la psychothérapie assistée par la MDMA, en essayant de spécifier les situations dans lesquelles elle pourrait être utile et quels seraient ses dangers et ses limites.. Par ailleurs, Joseph Downing12  a publié une étude financée par l’EMDL sur les effets physiologiques et psychologiques de la MDMA chez des humains volontaires, concluant: « tout ce qu’on peut dire de la MDMA […] c’est que ses effets psychologiques sont remarquablement constantss et prévisibles ainsi que transitoires et sans toxicité majeure cliniquement apparente12 ». Puis Charles Frith et son équipe, eux aussi financés par l’EMDL, ont administré de la MDMA à des chiens et des rats13. Ils ont déclaré: « il n’y avait pas de changements neuropathologiques évidents chez l’une ou l’autre espèces », questionnant ainsi la validité des appréhensions concernant une potentielle neurotoxicité similaire à celle de la MDA. Mais malgré les tentatives de justifier l’usage thérapeutique de la MDMA, la DEA l’a finalement inscrite à l’Annexe I en mars 19885.

Après l’inscription à l’Annexe 1

Peu après cette inscription, George Ricaurte et son équipe14 ont publié une première étude réalisée sur des primates non-humains, concernant les risques neurologiques de la MDMA. Ce groupe de chercheurs de John Hopkins a été le premier à montrer que la déplétion en sérotonine et les modifications structurales du système sérotoninergique étaient des conséquences de la consommation de MDMA. En parallèle, l’usage récréatif de MDMA sous forme de cachets d’ecstasy accompagnant la musique électronique a commencé à se répandre dans le monde entier. La MDMA étant à peu près partout illégale, la flambée de ce qui était désormais considéré comme un  «abus de substance » a alors permis aux législateurs de fournir des fonds généreux pour enquêter sur les risques et dangers de son usage illicite.

Ce paradigme centré sur le risque a dominé la recherche sur la MDMA pour les décennies suivantes. Jonathan Cole, psychologue à Liverpool, a analysé la majeure partie des travaux de recherche  accumulés pendant cette période15. Il indique que les résultats des 30 dernières années de recherche sur l’ecstasy ne peuvent être compris que dans le contexte de ce qu’il appelle le « paradigme de l’ecstasy »: dès lors que la MDMA est devenue illégale, les recherches scientifiques et le discours public ont été soumis à des normes morales concernant la consommation de drogues. Il postule qu’il était donc devenu impératif pour les scientifiques de montrer que la MDMA était dangereuse, ce qui a vraisemblablement conduit à de multiples failles de raisonnement et de méthodologie et donc à biaiser les résultats scientifiques.

Cole accuse entre autres un biais systématique de publication lorsque la littérature est centrée sur le risque. Il donne l’exemple du rejet d’un de ses articles dont les résultats montraient que les consommateurs d’ecstasy n’étaient pas, comme d’autres l’avaient suggéré, atteints de troubles psychiatriques. Un des évaluateurs anonymes, que Cole considère comme faisant partie du problème, a déclaré trouver les données difficiles à croire15.

La recherche scientifique sur les effets thérapeutiques de la MDMA s’est effectivement arrêtée après son inscription à l’Annexe I. Cependant, des moyens avaient déjà été entrepris  au moment de son interdiction pour permettre la recherche sur ces aspects.. L’EMDL, mentionnée ci-dessus, a été fondée pour contester l’interdiction de la MDMA par la DEA. Lorsque la substance a tout de même été inscrite à l’Annexe 1 et face au manque d’éléments en sa faveur, l’un des cofondateurs de l’EMDL, Rick Doblin, a lancé MAPS. L’idée était de créer une société pharmaceutique à but non lucratif qui «faciliterait la recherche sur les usages thérapeutiques de la MDMA en psychothérapie8 ».

Cependant, le climat politique y est longtemps resté défavorable. Au fil des années, d’autres écrits ressemblant aux articles de 1986 et s’en inspirant, ont été publiés pour plaider en faveur de la psychothérapie assistée par des substances et plus particulièrement, par la MDMA ex. 14-18. Finalement, le premier essai clinique contrôlé randomisé au sujet de la psychothérapie assistée par la MDMA a été mené par José Bouso et al.21 et financé par MAPS.. Leur étude, pour laquelle ils avaient déjà commencé en 2000 à recruter des patients souffrant de Syndrome de Ptress post-Traumatique (SSPT), a été arrêtée prématurément en 2002 en raison de pressions politiques, laissant 23 des 29 patients non traités et des données insuffisantes pour une analyse statistique8,21.

Ne se laissant pas décourager, MAPS a financé les essais de Michael Mithoefer22-24 aux Etats-Unis et de Peter Oehen25 en Suisse. Malgré de mineures incohérences dans les résultats, probablement dues à la petite taille des échantillons, les études ont montré la psychothérapie assistée par la MDMA comme une approche thérapeutique prometteuse pour le SSPT26,27. À cela s’ajoute une autre étude récente financée par MAPS qui a indiqué que la thérapie assistée par la MDMA pourrait également réduire les symptômes d’anxiété sociale chez les adultes autistes28.

Contrastant avec la recherche clinique et médico-légale, la MDMA a de plus en plus été étudiée au cours des dix dernières années d’un point de vue scientifique fondamental. Cette approche ne se focalise pas sur les effets positifs ou négatifs de la MDMA, mais sur l’étude neutre des effets de la substance chez l’homme. Bien que certaines données pharmacologiques aient déjà été obtenues par la recherche en médecine légale, d’autres découvertes n’ont été faites qu’après la relance de la recherche sur la psychothérapie assistée par la MDMA dans les années 2000. Par exemple, les effets de la MDMA sur les plans cognitif, socio-affectif et comportemental sont à l’étude depuis 2009 ex. 29-31.De plus, certains chercheurs mènent des études mécanistiques dans lesquelles des récepteurs sont bloqués pharmacologiquement, afin de mieux comprendre la neurobiologie sous-jacente aux effets psychologiques de la MDMA32-34. Ces deux approches permettent d’une part d’élargir nos connaissances sur la MDMA et ses effets , d’autre part d’apporter un éclairage unique sur la neurobiologie des processus cognitifs et affectifs complexes. Il est possible que ces découvertes aient des implications moins immédiates pour la pratique, mais elles offrent un grand potentiel pour contribuer au progrès scientifique général etultérieurement à la recherche translationnelle.

Changer les paradigmes – Orientations futures

Pendant des années, la recherche sur la MDMA s’est limitée à étudier les risques de son usage récréatif. Cela semble être principalement lié au fait qu’à l’époque de son inscription au registre de la DEA, il existait encore peu de preuves de ses effets thérapeutiques. Mais désormais, nous pouvons distinguer plusieurs volets quant à larecherche sur la MDMA, en grande partie grâce au travail persistant de MAPS. Ces volets correspondent à la fois à la double utilisation de la substance dans les contextes récréatif et thérapeutique, mais ont également fait voir le jour à des recherches scientifiques fondamentales. Ces recherches visent non seulement à permettre une gestion plus précise des risques liés à son usage récréatif et une meilleure prise en charge des troubles mentaux, mais égalementà faire progresser la science en général.

Notre travail chez MIND dépend de dons de personnes comme vous.

 Si vous partagez notre vision et souhaitez soutenir la recherche et l’éducation sur les psychédéliques, nous vous serions reconnaissant, peu importe le montant que vous pourriez donner. 

References 

1. Freudenmann RW, Öxler F, Bernschneider-Reif S. The origin of MDMA (ecstasy) revisited: the true story reconstructed from the original documents. Addiction. 2006 Sep;101(9):1241–5.

2. Gaston TR, Rasmussen GT. Identification of 3,4-Methylenedioxymethamphetamine. Microgram. 1972;5(60).

3. Shulgin AT, Nichols DE. Characterization of Three New Psychotomimetics. In: The Psychopharmacology of Hallucinogens [Internet]. Saint Louis: Elsevier Science; 1978 [cited 2018 Sep 4]. Available from: http://qut.eblib.com.au/patron/FullRecord.aspx?p=1838603

4. Nichols DE. Differences Between the Mechanism of Action of MDMA, MBDB, and the Classic Hallucinogens. Identification of a New Therapeutic Class: Entactogens. J Psychoactive Drugs. 1986 Oct;18(4):305–13.

5. Holland J. The History of MDMA. In: Holland J, editor. Ecstasy:The complete guide:  A comprehensive look at the risks and benefits of MDMA [Internet]. Rochester, VT, US: Park Street Press; 2001. p. 11–20.

6. Wolfson PE. Meetings at the Edge with Adam: A Man for All Seasons? J Psychoactive Drugs. 1986 Oct;18(4):329–33.

7. Adamson S, Metzner R. The nature of the MDMA experience and its role in healing, psychotherapy and spiritual practice. ReVision. 1988;10(4):59–72.

8. Emerson A, Ponte L, Jerome L, Doblin R. History and future of the Multidisciplinary Association for Psychedelic Studies (MAPS). J Psychoactive Drugs. 2014;46(1):27–36.

9. Greer G, Tolbert R. Subjective Reports of the Effects of MDMA in a Clinical Setting. J Psychoactive Drugs. 1986 Oct;18(4):319–27.

10. Shulgin AT. The background and chemistry of MDMA. J Psychoactive Drugs. 1986 Oct;18(4):291–304.

11. Grinspoon L, Bakalar J. Can drugs be used to enhance the psychotherapeutic process? Am J Psychother. 1986 Jul;40(3):393–404.

12. Downing J. The Psychological and Physiological Effects of MDMA on Normal Volunteers. J Psychoactive Drugs. 1986 Oct;18(4):335–40.

13. Frith CH, Chang LW, Lattin DL, Walls RC, Hamm J, Doblin R. Toxicity of methylenedioxymethamphetamine (MDMA) in the dog and the rat. Fundam Appl Toxicol Off J Soc Toxicol. 1987 Jul;9(1):110–9.

14. Ricaurte GA, Forno LS, Wilson MA, DeLanney LE, Irwin I, Molliver ME, et al. (+/-)3,4-Methylenedioxymethamphetamine selectively damages central serotonergic neurons in nonhuman primates. JAMA. 1988 Jul 1;260(1):51–5.

15. Cole JC. MDMA and the “Ecstasy Paradigm.” J Psychoactive Drugs. 2014 Jan;46(1):44–56.

16. Liester MB, Grob CS, Bravo GL, Walsh RN. Phenomenology and sequelae of 3,4-methylenedioxymethamphetamine use. J Nerv Ment Dis. 1992 Jun;180(6):345–52.

17. Grinspoon L, Doblin R. Psychedelics as Catalysts of Insight-Oriented Psychotherapy. Soc Res. 2001;68(3):677–95.

18. Bouso JC, Ryan C. Using MDMA in the treatment of post-traumatic stress disorder. In: Holland J, Holland J (Ed), editors. Ecstasy: The complete guide:  A comprehensive look at the risks and benefits of MDMA. Rochester, VT, US: Park Street Press; 2001. p. 248–60.

19. Metzner R, Adamson S. Using MDMA in healing, psychotherapy, and spiritual practice. In: Holland J, Holland J (Ed), editors. Ecstasy:The complete guide:  A comprehensive look at the risks and benefits of MDMA. Rochester, VT, US: Park Street Press; 2001. p. 182–207.

20. Metzner R. Hallucinogenic Drugs and Plants in Psychotherapy and Shamanism. J Psychoactive Drugs. 1998 Dec;30(4):333–41.

21. Bouso JC, Doblin R, Farré M, Alcázar MÁ, Gómez-Jarabo G. MDMA-assisted psychotherapy using low doses in a small sample of women with chronic posttraumatic stress disorder. J Psychoactive Drugs. 2008 Sep;40(3):225–36.

22. Mithoefer MC, Mithoefer AT, Feduccia AA, Jerome L, Wagner M, Wymer J, et al. 3,4-methylenedioxymethamphetamine (MDMA)-assisted psychotherapy for post-traumatic stress disorder in military veterans, firefighters, and police officers: a randomised, double-blind, dose-response, phase 2 clinical trial. Lancet Psychiatry [Internet]. 2018 May [cited 2018 May 23]; Available from: http://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S2215036618301354

23. Mithoefer MC, Wagner MT, Mithoefer AT, Jerome L, Doblin R. The safety and efficacy of ±3,4-methylenedioxymethamphetamine-assisted psychotherapy in subjects with chronic, treatment-resistant posttraumatic stress disorder: The first randomized controlled pilot study. J Psychopharmacol (Oxf). 2011 Apr;25(4):439–52.

24. Mithoefer MC, Wagner MT, Mithoefer AT, Jerome L, Martin SF, Yazar-Klosinski B, et al. Durability of improvement in post-traumatic stress disorder symptoms and absence of harmful effects or drug dependency after 3,4-methylenedioxymethamphetamine-assisted psychotherapy: A prospective long-term follow-up study. J Psychopharmacol (Oxf). 2013 Jan;27(1):28–39.

25. Oehen P, Traber R, Widmer V, Schnyder U. A randomized, controlled pilot study of MDMA (± 3,4-Methylenedioxymethamphetamine)-assisted psychotherapy for treatment of resistant, chronic Post-Traumatic Stress Disorder (PTSD). J Psychopharmacol Oxf Engl. 2013 Jan;27(1):40–52.

26. Chabrol H, Oehen P. MDMA assisted psychotherapy found to have a large effect for chronic post-traumatic stress disorder. J Psychopharmacol (Oxf). 2013 Sep;27(9):865–6.

27. Thal SB, Lommen MJJ. Current perspective on mdma-assisted psychotherapy for posttraumatic stress disorder. J Contemp Psychother [Internet]. 2018 Jun; 48(2):99-108.

28. Danforth AL, Grob CS, Struble C, Feduccia AA, Walker N, Jerome L, et al. Reduction in social anxiety after MDMA-assisted psychotherapy with autistic adults: a randomized, double-blind, placebo-controlled pilot study. Psychopharmacology (Berl) [Internet]. 2018 Sep 8 [cited 2018 Sep 24]; Available from: http://link.springer.com/10.1007/s00213-018-5010-9

29. Bedi G, Hyman D, de Wit H. Is ecstasy an “empathogen”? Effects of ±3,4-methylenedioxymethamphetamine on prosocial feelings and identification of emotional states in others. Biol Psychiatry. 2010 Dec 15;68(12):1134–40.

30. Bershad AK, Miller MA, Baggott MJ, de Wit H. The effects of MDMA on socio-emotional processing: Does MDMA differ from other stimulants?. J Psychopharmacol Oxf Engl. 2016;30(12):1248–58.

31. Dumont GJH, Sweep FCGJ, van der Steen R, Hermsen R, Donders ART, Touw DJ, et al. Increased oxytocin concentrations and prosocial feelings in humans after ecstasy (3,4-methylenedioxymethamphetamine) administration. Soc Neurosci. 2009 Aug;4(4):359–66.

32. Hysek CM, Fink AE, Simmler LD, Donzelli M, Grouzmann E, Liechti ME. α₁-adrenergic receptors contribute to the acute effects of 3,4-methylenedioxymethamphetamine in humans. J Clin Psychopharmacol. 2013 Oct;33(5):658–66.

33. Kuypers KPC, de la Torre R, Farre M, Yubero-Lahoz S, Dziobek I, Van den Bos W, et al. No Evidence that MDMA-Induced Enhancement of Emotional Empathy Is Related to Peripheral Oxytocin Levels or 5-HT1a Receptor Activation. de Wit H, editor. PLoS ONE. 2014 Jun 27;9(6):e100719.

34. van Wel JHP, Kuypers KPC, Theunissen EL, Bosker WM, Bakker K, Ramaekers JG. Effects of Acute MDMA Intoxication on Mood and Impulsivity: Role of the 5-HT2 and 5-HT1 Receptors. Mendelson JE, editor. PLoS ONE. 2012 Jul 10;7(7):e40187.